Allergies

le 30/04/2018

Allergies


L\'allergie est une réaction anormale, inadaptée et excessive de l’organisme lors d’un contact avec une substance étrangère (allergène). Ces substances étrangères sont habituellement bien tolérées, mais pour une raison inexpliquée notre système immunitaire les considère, à tort, comme des ennemies. L’allergie survient sur un terrain génétiquement prédisposé : on parle alors de terrain « atopique ». Le mécanisme de l’allergie passe par deux phases:

  • une phase de reconnaissance de l’allergène par l’organisme : c’est la phase de sensibilisation
  • une phase de réaction contre cet allergène : c’est la réaction allergique

La réaction allergique se manifeste par différents symptômes : rhinite, asthme, eczéma, urticaire, allergie alimentaire, conjonctivite, qui peuvent être présents de façon isolée ou se succéder au fil du temps, voire coexister.

Le diagnostic est basé sur l’interrogatoire clinique, complété par des tests cutanés et si nécessaire des examens sanguins.

L’histoire clinique de la maladie (avec reproduction de signes en un lieu précis, à un moment donné, et en faisant une chose spécifique) et les antécédents, permettront à votre médecin d’évoquer l’origine allergique de vos symptômes. Il pourra alors vous orienter vers un allergologue pour confirmer le diagnostic par des tests cutanés et si nécessaire des examens biologiques.

Ces tests ont pour but de rechercher l’allergène en cause.

Il existe 3 types de tests cutanés.

Les prick tests, les plus pratiqués, consistent à injecter sous la peau de très faibles doses de plusieurs allergènes (sur l’avant-bras ou dans le dos). En cas de réaction positive, il apparaît au bout de 10 à 15 minutes un gonflement et une rougeur à l’endroit de la piqûre, s’accompagnant de démangeaisons.

Les tests intradermiques (piqûre dans le derme superficiel à l’aide d’une seringue munie d’une petite aiguille) sont maintenant réservés au diagnostic des allergies aux venins ou aux médicaments.

Les patch tests consistent à plaquer des substances sur le dos et à vérifier (en général au bout de 48 h) si des réactions locales sont apparues et permettent de rechercher une allergie de contact ou médicamenteuse.

En cas de discordance entre les manifestations observées et le résultat des tests, le médecin va prescrire des examens complémentaires, en particulier une analyse de sang pour doser les anticorps (IgE) totaux ou spécifiques à un allergène donné.

L’association des symptômes et des marqueurs biologiques (tests cutanés, IgE) permet le plus souvent d’affirmer le diagnostic d’une allergie. La présence d’IgE détectées par tests cutanés ou dans le sang n’a aucune signification si elle n’est pas accompagnée de signes cliniques d’allergie.

Contrairement à une idée fausse très répandue, les tests cutanés peuvent être pratiqués chez les enfants dès les premiers mois de leur vie et il n’est pas nécessaire d’attendre qu’ils aient 5 ou 6 ans pour les faire. En cas de suspicion d’asthme, des explorations fonctionnelles respiratoires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic